Marathon: courra? Courra pas?

Mes déboires continuent... Dans la famille des "tendons mal lunés" voici qu'une petite nouvelle a fait son apparition: la tendinite du jambier postérieur. C'est bien elle qui me cause ces douleurs sous la malléole interne de la cheville au bout d'un certain temps de course depuis février et non les ligaments. R.A.S L.E B.O.L (et je pèse mes mots) de toutes ces inflammations tendineuses qui pourrissent mon entraînement. Je voudrais juste pouvoir courir tranquille, c'est trop demandé? Apparemment... :(

Bon, quoi qu'il en soit, je poursuis mes séances de kiné en ajoutant à la proprioception, des séances d'ultrasons et d'électrodes. J'ai également eu droit à une défibrose. Je vous vois venir avec vos questions: mais qu'est ce que c'est encore que ce nom barbare? Oui je vais bientôt être incollable sur le dictionnaire médical et en particulier sur toutes les blessures spécifiques de la course à pied et les soins qui vont avec :)

Lorsque j'ai débuté le running, je ne comprenais déjà pas grand chose à l'argo des runners (VMA, FCM, VO2 Max, fractionnés, fartlek, RP, ravito, pronateur, supinateur etc...) je m'y suis mise et puis (comme si j'allais bientôt m'ennuyer), je me suis intéressée de plus près, contre ma volonté je le précise, aux periostites, syndrome rotulien, TFL, aponevrosite plantaire, tenosynovite du court peronier latéral et maintenant je peux ajouter cette tendinite du jambier postérieur à ma liste des noms à coucher dehors! Grrr!!! Mais combien y a-t-il de tendons dans le corps humains qui se sont ligués contre moi au juste??

Au final me voilà complètement paumée; à ne pas savoir si je vais courir mon marathon ou pas :(

Ma kiné pense que je risque de ne pas aller jusqu'au bout et me conseille de ne plus courir alors que mon médecin du sport est moins défaitiste et pense que c'est encore faisable. Elle me conseille juste de courir moins longtemps pour les derniers 15jours et de mettre ma chevillere. Me voilà donc tiraillée entre ma bonne et ma mauvaise conscience. Ou plutôt entre l'ange de la raison et son contraire.

Si je ne m'aligne pas au depart de ce marathon je le regretterai c'est certain. Mais si je le cours et suis contrainte d'abandonner je vais le regretter aussi. Dans ces conditions que me reste-t-il comme choix? Y aller et le terminer! Mais si la douleur est plus forte que moi je n'y arriverai pas il faut bien que je réussisse à me mettre ça dans le crâne! Tant d'effort, d'heures d'entraînement depuis plus de 6 mois, des sacrifices qui ne seront pas vain je m'y refuse!

Je terminerai donc ce post déprimant par une citation d'un runner australien: "winners are not people who never failed but people who never quit!" "Les vainqueurs ne sont pas ceux qui n'échouent jamais mais ceux qui n'abandonnent jamais!" A méditer.

Run Inspired

Retour à l'accueil