Sur les traces du loup: CR

Ca y est! Voilà que j’ai bouclé mon second trail! Et pas des moindres. Un 17km avec 450D+, à la Ville aux clercs (41); celui dont le nom m’avait inspiré: « Sur les traces du loup ». Bon je vous le dis tout de suite comme ça on évite le suspens: j’en ai grave ch…!! Je pense que c’est LA course la plus dure que j’ai faite jusqu’à présent. Certains diront peut-être que je suis une petite nature mais les retours que j’ai eu d’autres traileurs qui en ont aussi bavé aussi, me confortent dans l’idée que cette course, en pleine chaleur n’était vraiment pas de la tarte!

Tout d’abord, c’est la première fois que je fais une course avec un départ à 17H30 le samedi soir et comme les fins de journée ne sont d’ordinaire pas mon point fort, j’appréhende un peu ce deuxième trail. D’autant que la température extérieure est assez élevée et que je suis une coureuse d’hiver, je supporte mal la chaleur. Mais haut les coeurs, cela fait 2 ans que j’attends de pouvoir faire cette course et ce n’est ni ma hanche douloureuse ni ma sciatique capricieuse ni aucune autre condition difficile du jour qui vont m’empêcher de la faire.

Avec mon mari, qui va me servir de lièvre durant toute la course, nous prenons nos clics et nos clacs (on a carrément l’impression de partir en vacances avec notre big valise remplie de bazar plus ou moins utiles. Il manque juste les gamins en train de brailler et de se chamailler pour achever de nous mettre dans l’ambiance) Nous sautons dans la voiture à 13H30 (petit point négatif: la course est à 2H de route de chez nous :() et c’est parti!

Une fois sortis de l’autoroute, on traverse pendant une quarantaine de km une foule de petites villes campagnardes dont beaucoup portent des noms en rapport avec le loup. Moi, la fan inconditionnelle de ces canidés, je suis dans mon élément ;) C’est sympa et ça nous change de la ville. Une fois arrivés à la ville aux clercs, le départ est bien indiqué et des parkings sont réservés pour les coureurs. A l’entrée du village, nous repérons tout de suite les organisateurs et bénévoles avec leur t-shirt rose flashy… crotte! Cela veut dire qu’on va nous aussi devoir porter cette horrible couleur!? Beurk, beurk… quelle déception… de courte durée puisque nous appercevons une gentille bénévole qui propose des tatouages en forme de patte de loup! Quelle aubaine pour moi qui comptait justement me dessiner au crayon une patte sur la joue mais qui avais renoncé à l’idée ayant peur que le maquillage coule avec la chaleur… je saute sur l’occasion pour lui en demander 2: une sur la joue et une autre sur l’épaule. Mon mari aussi joue le jeu alors qu’en fait, lui, les loups, il en a rien à secouer! mdr

Le retrait des dossards s’effectue ultra rapidement car il n’y a pas encore grand monde dans le gymnase. Et là… bonne nouvelle les t-shirts sont bleus finalement et avec une très belle tête de loup dessus! La classe! J’adore tellement que je décide de troquer mon débardeur contre le t-shirt officiel pour courir. Tant pis si j’ai trop chaud, la force du loup est avec moi!!

« Désolée madame, il n’y a plus de taille S femme… » comme d’hab quoi! Je ne comprendrais décidément jamais pourquoi on nous demande de choisir notre taille au moment de l’inscription si les organisateurs n’en tiennent pas compte pour les commandes de t-shirt!? Mais peu importe la coupe est cintrée, une taille M m’ira très bien.

Petite séance photo devant l’affiche du trail grâce à une autre bénévole qui joue volontiers les photographes pour les coureurs qui ont tous la même idée saugrenue que de poser devant la tête de loup. Et puis nous retournons à la voiture pour nous préparer. Crème anti-frottement, remplissage de camelback etc… Petit passage aux toilettes (sèches - première fois que je vois ça sur une course) et direction le sas de départ où une animatrice essaye d’échauffer la foule par une danse assez remuante. Mais il fait carrément trop chaud pour que j’ai envie de me trémousser en plein soleil, nous restons spectateurs…

17H15. Nous sommes tous en paquet, rassemblés derrière l’arche de départ et admirons des parapentistes qui arrivent sur le lieu du haut des cieux… (ouh comme c’est beau!) Garou, la mascotte se fait désiré puis enfin, pointe le bout du museau sur la traditionnelle musique de Thriller. Un loup et MJ en fond musical… quand je vous dis que cette course est faite pour moi ;)

17H30 pile le départ est donné et nous nous élançons à la poursuite de Garou sur quelques centaines de mètres, accompagnés par la musique de Pirates des Caraïbes et de hurlements de loulous. Aouhhhhh!! Un petit km de bitume et nous voilà en forêt et là, surprise, au bout de 2,5km nous voici déjà, à l’arrêt. Un mur de paille a été posé là histoire de corser la ballade. Euh c’est un trail ou c’est une course d’obstacles ici? Bon moi ça m’amuse plus qu’autre chose puisque j’aime bien ce genre de challenge, j’avais d’ailleurs adoré So mad. Mais pour ceux qui sont venus taper un chrono faudra repasser car ce n’est que le début d’une longue série de ralentissements et d’arrêts dû à d’autres obstacles naturels ou non. Pas de chance, il y a énormément de passage dans les champs en plein soleil et je supporte mal. Entre les ornières laissées par les tracteurs qui nous tordent les chevilles, l’herbe coupée sur laquelle il est difficile de courir et la chaleur qui nous assomme, le moral est mis à rude épreuve. Heureusement, nous rejoignons enfin la forêt où il fait un peu plus frais. Mais le parcours n’est pas plus facile pour autant. Un chemin poussiéreux, monotrace qui nous empêche de doubler et courir à notre rythme. Tous à la queue leuleu (remarque on est dans le thème!) on esquive les branches, on saute des fossés, on escalade des troncs d’arbres. Il y a aussi des bosses bien casse-pattes, des ponts sur lesquels il faut passer un par un, des montées et des descentes (quelle question) dont une qui nécessitera une corde pour grimper. Le parcours est accidenté et assez technique… enfin du moins pour moi, la novice en trail. Et tout ça avec un sac d'1kg sur le dos... Mon mari, qui est plutôt route, n’apprécie pas vraiment. Moi j’aime courir dans la nature alors je prend beaucoup de plaisir à m’imaginer dans la peau d’une louve en train de pister le gibier :D même si j’en bave, je tiens bon. Les relances après chaque arrêt sont hard car elles se font quasiment toutes en cote ou sur du faux plat montant.

Nous aurons droit à 3 ravitaillement bien fourni. Je ne prendrai au premier qu’un micro bout de banane et de l’eau, au second un mini morceau de fromage et de l’eau et au dernier que de l’eau. Il y a aussi des bassines permettant de s’arroser la tête et le visage. ça c’est une bonne idée car je n’ai pas de casquette et chaque passage en plein soleil est un véritable supplice pour moi. Tout au long du trajet, les organisateurs se sont amusés à coller des panneaux avec des petits messages rigolos du genre « Promenons-nous dans les bois pendant que le loup n’y est pas. Si le loup y étais vous accéléreriez. » ou « Sangliers furieux, loups sauvages, insectes carnivores, ouvrez l’oeil! » C’est une semi bonne idée. Parce qu’à cause des branches, des racines, des trous et des cailloux, on a plutôt tendance à regarder nos pieds et on n’a pas le temps de lire les panneaux. Une petite suggestion à nos chers organisateurs, je propose que l’année prochaine, vous planquiez des silhouettes de loups au détour d’un chemin, ça pourrait être sympa et mettre encore plus dans l’ambiance!

A 2km de l’arrivée, nous allons pouvoir nous rafraichir. Voici un gué à traverser. Nous avons de l’eau jusqu’aux genoux. Alors ça aussi, l’idée est plutôt bonne mais cela aurait été encore mieux si l’eau n’était pas stagnante et dégoutante. Une vraie petite rivière c’est possible?

Bref, nous finissons par des chemins, du champ (encore) et du bitume en plein soleil, les chaussures remplies de cailloux, accompagnés par leur doux bruit de floc floc. La fin est pénible car en faux plat montant également mais voyant le chrono au loin, j’ai encore la force d’accélérer pour passer sous la barre des 2H. Je termine donc en 1H58 et 23s, un parcours de 17,1km qui, avec le dénivelé, équivaut à un semi. Je suis donc super fière de moi sachant que pour mon semi j’avais mis 2H15. Que là, il faisait trèèèèèèès chaud et qu’il y a eu beaucoup de ralentissement et d’arrêt. Ma belle médaille autour du cou, je suis trop contente. Ce qui est amusant c'est que celle de mon mari n'est pas identique à la mienne. Il a une patte de couleur noire et moi une dorée :) Je la voulais cette patte de loup et je l'ai eu! Ah mais! Je fini 412ème et 40ème de ma catégorie. La hanche et le dos en vrac certes mais heureuse! Pour un deuxième trail pas préparé et en mauvaise condition physique je suis vraiment contente. Merci à mon petit mari chéri de m’avoir soutenue. Heureusement qu’il était là. Surtout qu’en rentrant je me suis sentie mal, un coup de chaleur m’a achevé. Mais l’essentiel est de s’être dépassée, non? Aouuuuuuuhhhhhh!!!

Sur les traces du loup: CR
Sur les traces du loup: CR
Vous noterez l'état de nos chaussures qui elles aussi en ont vu de toutes les couleurs!

Vous noterez l'état de nos chaussures qui elles aussi en ont vu de toutes les couleurs!

Gobelet réutilisable offert dans le race pack

Gobelet réutilisable offert dans le race pack

Tshirt et médaille exceptionnelle

Tshirt et médaille exceptionnelle

Retour à l'accueil