Mon 1er trail, la Sans Raison: C.R.

Dimanche 9 novembre, je courais mon 1er vrai trail. Un parcours de 16km dans la forêt de Vélizy/Meudon avec un dénivelé positif de 350m.

Pour tout vous dire ça n'a vraiment pas été de la tarte mais j'ai vraiment adoré! :)

Le premier point positif c'est le cadeau original! Non parce que les t-shirts c'est sympa mais à force t'en a une sacré collection et quand ils sont pas à ta taille bah c'est pas terrible. Ce coup-ci, on nous offrait un buff (c'est une sorte de tube en élastane que l'on peut mettre en bandeau ou en bonnet ou en tour de cou ou même en serre poignet. Je l'ai essayé et adopté! ça tient chaud, ça évite que les cheveux ne tombe dans le visage, on ne transpire pas et ça tient parfaitement en place! Bref ravie :D

2ème point positif c'est que pour une fois, la course n'était pas très loin de la maison et qui dit pas beaucoup de trajet, dis plus d'heure de sommeil.

9H30: Il fait suuuuper froid!! Mais la météo avait prévu de la pluie et au final nous n'aurons pas reçu une seule goutte (3ème bonne nouvelle).

On s'échauffe un peu et nous voilà sur le stade de départ avec environ 600 autres coureurs. C'est une course de proximité à l'ambiance plutôt intimiste. Alors c'est déjà ce que je vous avais dit la dernière fois, les petites courses à taille humaine c'est bien car on ne se sent pas noyé dans la masse mais c'est aussi un risque supplémentaire d'arriver dans les derniers... Mais ce matin, nous avions décidé avec mon mari de, pour une fois, courir vraiment ensemble, sans objectif de temps. Et ça c'était le point fort de cette course!! Courir à 2 tout le long, s'entraider dans les passages difficiles, se motiver mutuellement à ne rien lâcher et terminer main dans la main, c'est quand même THE MUST! Je pense d'ailleurs que si on avait pu courir ensemble au semi, je n'aurais pas autant galéré.

Pendant qu'on fait la queue au WC, on entend deux dames discuter de leur premier marathon et l'une d'elle raconter qu'elle a passé la ligne d'arrivée sur une jambe, en pleurant... ça rassure pour le nôtre qui se profile d'ici 6 mois :( ça serait vraiment mieux si on pouvait le courir ensemble mais cela ne va malheureusement pas être possible vu que nous n'avons pas les mêmes objectifs. Mon mari veut essayer de faire un temps honorable alors que moi je veux juste arriver au bout sans trop de casse... Bref, revenons au trail de La Sans Raison. Sans raison peut-être mais pour la bonne cause puisque nous courrions en soutien à l'association Laurette Fugain (qui lutte contre la leucémie). 4ème bon point de cette course: on se fait plaisir tout en aidant les autres.

10H: Le départ est donné. Nous nous élançons à petites foulées et à peine 300m plus loin, nous nous retrouvons... à l'arrêt! Et quand je dis à l'arrêt, c'est vraiment les deux pieds cloués au sol, les uns derrière les autres, comme dans la queue d'un supermarché. Nous comprendrons plus tard que la raison de cet embouteillage était un chemin très étroit même pour 600 coureurs et une énorme marre de boue en plein milieu. Tiens, ça me rappelle quelque chose: serions-nous de nouveau à So Mad? ;)

Petit contre temps passé (dommage pour ceux qui ont perdu de précieuses minutes sur leur chrono...), nous voilà repartis dans une forêt vraiment agréable. Le chemin plutôt plat au début continue par de légères descentes. Pas très pentues mais nombreuses... ça ne présage rien de bon. Tout ce qui se descend se remonte forcément!

Quelques troncs d'arbres à enjamber et nous voilà face à une première MEGA montée. Mais quand je vous dis "montée", je pourrais presque dire "escalier". C'est tellement à pic que je dis à mon mari: "Ah bah celle-là je vais la faire en marchant" et j'entend quelqu'un derrière qui répond "bah moi-aussi" et en me retournant je constate que TOUS les coureurs marchent. Enfin marchent, c'est un grand mot... grimpent devrais-je dire. Une corde ne serait pas de trop!

Après cette petite mise en jambe, nous revoilà partis au pas de course. Et ça monte et ça descend et ça remonte et ça redescend! De vrais montagnes russes! Ce qui me rassure c'est qu'à chaque grosse difficulté, tout le monde marche. Pour une fois, je me sens moins seule ;) ça rassure de constater qu'on n'est pas la seule à trouver ça dur!! Et les descentes ne sont pas plus simples. On essaye de conserver l'allure voire d'accéler mais il faut faire attention aux racines, aux cailloux, aux branches, aux feuilles mortes, aux passages boueux et glissants... bref pas super faciles.

Les kilomètres défilent et je me sens bien. Le seul inconvénient c'est mon t-shirt qui remonte sans cesse à cause de ma ceinture d'hydratation. Heureusement que je m'en suis rendu compte juste avant d'arriver devant les photographes ;) Ma plus grande crainte c'était que mon genou encore fraichement remis du semi d'il y a 15 jours ne tienne pas le coup. J'avais mis ma genouillère en prévention et je pense qu'elle m'a bien servie. Je l'ai tout de même retirée au 14ème km car elle me sciait un peu l'arrière du genoux. J'avais été obligée de bien la serrer pour qu'elle ne glisse pas tout le temps. Au final, aucune douleur: ni pendant la course ni aujourd'hui. A peine quelques courbatures :)

Vers le 11ème km, nous affrontons: THE COTE, la fameuse "Thérèse", celle qui fait la renommée de cette course. Pour les cotes c'est le même principe que pour les ouragans, on leur donne des prénoms féminins pour faire PEUR!! Haha! N'empêche que celle-là était encore pire que la première. Je crois qu'on ne pouvait pas faire plus abrupte. Elle était très en pente ET longue. Heureusement que mon chevalier servant était là pour me tirer vers le haut sinon je crois bien que je serais restée en bas ;)

Au moment du départ, on a croisé un coureur accompagné de son chien. On a trouvé ça bizarre mais finalement on s'est dit qu'il avait bien fait. Les chiens sont très costauds, il a du lui être d'une grande aide dans l'ascension de cette maudite Thérèse! Remarque quand on comparait la taille du chien à la carrure du bonhomme, je plains le chien.

A 2km de la fin, des bénévoles s'amusent à nous faire croire qu'il en reste encore 5... (c'est pas drôle!!) oui parce qu'une des particularités de ce trail c'est qu'il n'y avait aucune indication du kilométrage pendant la course. Heureusement qu'on court avec un GPS; on ne s'est donc pas fait berner par cette mauvaise blague. Le parcours a beau avoir été superbe (belle vue sur La Défense, petits lacs sympa...), agréable et ressourçant comme peut l'être un parcours nature, après 14bornes j'en avais quand même plein les pattes; j'avais vraiment hâte d'arriver.

Quand y'en a plus, y'en a encore... dernières petites montées pour la route et nous voilà à terminer le dernier km sur du plat. Arrivée dans le stade. Un dernier tour de piste et nous terminons ce trail de 16,2km en 1H50. 402ème/519 (48ème de ma catégorie sur 70) Je vous avoue qu'encore une fois mon esprit de compétition a pris le dessus sur mon esprit de résignation. On avait beau ne pas avoir d'objectif de temps, je visais quand même moins de 7mn/km en moyenne. Et je l'ai fait!! Super heureuse. En très bonne forme à l'arrivée même si l'estomac commençait à crier famine. Une arrivée sur fond de "Thriller" de Michael Jackson. Une mignonne petite médaille souvenir d'une très belle course et surtout, le nec + ultra: un sandwich aux fromages au ravitaillement!!! Je crois vraiment que ce trail était vraiment fait pour moi :p

Retour à l'accueil