J-8: Semi compromis...

Aujourd'hui, alors que le soleil est au zénith et que nous avons la chance d'avoir une super semaine de vacances en prévision, je suis plutôt d'humeur morose... :(

Depuis mes 16km de dimanche dernier où j'ai peiné à les terminer à cause d'une sorte de contracture au mollet gauche, je n'ai recouru que mercredi matin. 10km tout aussi laborieux. Ma douleur s'était bien atténuée, j'ai donc cru possible de poursuivre mon entrainement. Mais depuis je n'ai pas pu continuer. La douleur s'est estompée rapidement mais a laissé place à une sorte de gêne permanente, de contraction plus ou moins diffuse qui me rappelle qu'à la moindre reprise, tout peut recommencer voire empirer. La dernière fois cette gène avait été annihilée par les manipulations de ma kiné. Je devais la voir mardi prochain mais elle ne sera finalement pas disponible d'ici au semi.

Ce matin, je suis donc allée consulter mon médecin du sport et le verdict est tombé: des lésions de l'aponévrose du jumeau interne... en gros, les fibres musculaires profondes qui constituent en quelque sorte le "squelette" de mon mollet sont fragilisées. J'ai donc eu droit à des piqûres d'anti-inflammatoire... (encore diront certains qui vont finir par penser que j'y suis abonnée) et je dois y retourner pour une nouvelle séance mercredi prochain. Et bien entendu, j'ai interdiction de courir jusqu'au semi... Je n'ai plus qu'à me rabattre sur un peu de vélo pour maintenir un entrainement cardio... et croiser les doigts pour que tout soit rentré dans l'ordre d'ici dimanche 26 ou je pourrai dire adieu à mon premier semi...

Je suis terriblement dégoutée. Dégoutée de ne pas pouvoir parfaire mon entrainement car j'ai le sentiment que même si j'ai réussi 1 fois à tenir 21km, je ne suis pas prête pour recommencer dans une semaine. Dégoûtée de m'être à nouveau blessée. Mine de rien, en quelques mois, j'ai enchaîné: névralgie à la crête iliaque, périostite tibiale, syndrome TFL et maintenant ça... et toujours du côté gauche! J'en conclue que je suis vraiment mal foutue pour n'avoir que des soucis du même côté... Et enfin dégoûtée car ce dernier problème viendrait certainement de running inadaptée à ma foulée et ce, malgré le port de semelles correctrices, il va donc falloir que j'en change... encore.

Mais bon, relativisions, au final, y'a pas mort d'hommes, ce ne sont que les insignifiants déboires d'une pauvre running addict ;)

Et vous, comment vous sentez-vous en ce beau week-end d'automne?

Retour à l'accueil